Le brownie est l’un des gâteaux les plus renommés aux États-Unis. Il a d’ailleurs été inventé là-bas, bien que personne ne sache exactement où. Le brownie est une préparation au chocolat cuit dans un moule à gâteau. On le classe davantage dans la famille des biscuits de bar plutôt que dans celle des gâteaux de table à proprement parler. Il existe des milliers de de versions de la recette que chacun accommode en fonction de ses gouts.

Son histoire.

Indéniablement, le brownie tire son nom de sa couleur marron foncé. Mais comme la plupart des aliments, son origine est entourée de mythe. On raconte qu’un chef aurait ajouté par erreur du chocolat fondu à une série de biscuits.  Ou encore qu’un cuisinier préparât un gâteau mais n’avait pas assez de farine. La légende la plus populaire raconte l’histoire d’une femme au foyer de Bangor, dans le Maine, qui préparait un gâteau au chocolat mais avait oublié d’ajouter de la levure. Lorsque son gâteau n’a pas levé correctement, au lieu de le jeter, elle a coupé et servi les morceaux plats. Hélas, cette théorie repose sur un livre de recettes publié à Bangor en 1912, six ans après la publication de la première recette de brownie au chocolat !

L’évolution de sa recette.

Les historiens de la gastronomie ont donc retenu la première recette de “brownie” en 1906 dans le livre de cuisine Boston Cooking-School Cook Book de Fannie Merritt Farmer. Cette recette est une version moins riche et moins chocolatée que celle que nous connaissons aujourd’hui. Elle utilise en effet seulement deux carrés de chocolat fondu ! La deuxième recette, parue en 1907, figurait dans le Lowney’s Cook Book, écrit par Maria Willet Howard. Mme Howard, elle-même protégée de Mme Farmer, rajoute un œuf et un carré de chocolat à la recette, créant ainsi un brownie plus riche et plus chocolaté.